Actualité

16 oct.

Les candidats à la direction de Sciences Po : Dominique Reynié (4/4)

Docteur en science politique et agrégé de science politique, Dominique Reynié (PES 83) est professeur des universités à Sciences Po. Il a été expert auprès de la Commission européenne (direction de la communication) dans le cadre du programme « The Future of Europe ». Il est par ailleurs membre de la Commission nationale consultative des droits de l'homme et de l'Observatoire de la décentralisation du Sénat. Depuis octobre 2008, Dominique Reynié est directeur général de la Fondation pour l'innovation politique (Fondapol).


Une priorité : la recherche


"Le mandat qui s'ouvre ne peut que placer la recherche au coeur de nos priorités.  Parce qu'il n'y a pas de formation supérieur d'excellence qui ne soit adossée à la recherche, il n'y a pas d'université de rang international qui ne fasse de la recherche une priorité".


En sciences sociales, la recherche doit viser quatre objectifs : contribuer au progrès des connaissances ; inspirer les programmes d'enseignement, prendre part au débat public en diffusant sous une forme simplifiée les résultats de l'activité scientifique et enfin répondre à la demande sociale d'expertise. Sur ce dernier point, Dominique Reynié estime que les enseignants-chercheurs, de plus en plus sollicités pour analyser un problème donné, formuler des recommandations, voire d'indiquer les conditions de leur mise en application, doivent être encouragés pour conduire ce type de travaux. "Il faut oeuvrer à la valorisation de telles contributions dans le parcours professionnel d'un enseignant-chercheur". Pourquoi ne pas concevoir, à la manière du London School of Economics Experts Directory, un index nominatif et thématique des experts présents dans l'institution.


Mais pour faire de Sciences Po un lieu d'excellence dans la recherche, il faudra continuer à créer des postes, intensifier et renforcer le soutien à la publication des travaux, à leur diffusion en langue anglaise et à leur référencement. Dominique Reynié préconise de créer des Writing Centers comme il en existe dans certaines universités américaines pour encourager la production des doctorants ou des jeunes docteurs. Enfin, "dans la mesure du possible, les Masters et les écoles proposant des masters doivent être rattachés à un département recherche". Ce qui n'est pas toujours le cas.


Le nerf de la guerre : la documentation


Mais sans bibliothèque ni fonds de documentation, pas de recherche. Dominique Reynié rappelle qu'une grande bibliothèque de recherche en sciences sociales ouvrira en 2016 à Aubervilliers au sein du PRES Condorcet. "Ce nouveau bâtiment deviendra la plus grande bibliothèque en science sociale de France, ravissant le titre à Sciences Po qui le détenait jusque-là", prévient-il.


Or, si en 1er et en 2e cycle, les fonds disponibles sont suffisants pour répondre aux besoins des étudiants, pour la recherche, des choix seront certainement nécessaires. Les juristes le disent, en droit, le fonds de Sciences Po ne peut ni ne pourra rivaliser avec celui de Cujas ; en économie, si les économistes de Sciences Po juge le fonds satisfaisant pour les publications, il est "très lacunaire pour ce qui concerne les bases de données dont les abonnements sont particulièrement coûteux". En revanche, en science politique, "le fonds dont nous disposons demeure une référence nationale et internationale". Tout cela évidemment nécessite de maintenir le niveau des ressources financières de l'école.


Les ressources financières : un vrai défi


Le premier défi qui attend la nouvelle direction est certainement de répondre au problème des ressources. Pour Dominique Reynié, si des marges de progression existent, elles se trouvent du côté des ressources propres. Jusqu'à présent, le ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche augmentait chaque année d'environ 7 % le budget de l'école. Dans un contexte de crise économique, rien n'est moins sûr désormais. Dominique Reynié se fixe pour objectif de lever un capital de 100 millions d'euros via le fundraising en 4 ans. Cet objectif laisse perplexe : aujourd'hui le fundraising représenterait 5 % du financement de l'IEP soit quelque 7 millions d'euros.


Des réformes institutionnelles


Si ce n'est pas le directeur tout seul qui pourra modifier le fonctionnement des institutions de Sciences Po, Dominique Reynié avance, néanmoins quelques pistes : limiter à deux mandats le poste de directeur, ouvrir le conseil d'administration aux représentants élus des étudiants, enfin mettre en place des systèmes plus transparents quand à la vie de l'école tout particulièrement en matière de rémunération.


Consolider les conventions d'éducation prioritaire


S'il faut assurer la pérennisation des conventions d'éducation prioritaire, Dominique Reynié veut aller plus loin et réfléchir avec les différents IEP de France pour prolonger et enraciner le dispositif mis en place par Sciences Po.


Préserver l'autonomie de Sciences Po


Les différents directeurs se sont battus pour préserver l'autonomie de Sciences Po mais deux menaces pourraient venir y mettre un terme : la raréfaction des ressources publiques tend à accroître le rôle des pouvoirs publics sur la marche de la maison ; l'intégration croissante de Sciences Po dans des structures universitaires très vastes, dont le PRES est un exemple. Ce projet, ardemment défendu par Richard Descoings, semble avoir moins les faveurs de Dominique Reynié.


Se rapprocher des universités européennes


Pour poursuivre l'ancrage de Sciences Po à l'internationale, Dominique Reynié souhaite renforcer la coopération de Sciences Po avec les grandes universités européennes, dans chacun des pays membres, pour composer un programme commun d'enseignement qui assurerait la diffusion et le partage d'un savoir commun.


Source : article du blog « Le grand amphi » hébergé par lemonde.fr
A lire également : une interview par les étudiants de Sciences Po sur lapeniche.net




Notre actualité

Rencontre avec Marie Lora-Mungai, l'entrepreneure qui secoue

Pour le sixième numéro de la série « Regards d’Alumni Afrique », nous vous proposons de découvrir le profil et parcours de Marie Lora-Mungai, Directrice Contenu & Communication de la chaîne de télévision Trace et fondatrice de la

Publié le 08.11.2018 VOIR TOUTES LES ACTUALITÉS

sciences_po_logo_659


+50 OFFRES D'EMPLOIS

search
  • ChargÉ(e) de communication (h/f)

    20.11.2018 - ALBYA
    CDI
  • Consultants sap (h/f)

    20.11.2018 - Deloitte
    CDI
VOIR TOUTES LES OFFRES